parcours réel

Penny Farthing Bicycle T

mercredi 24 avril 2013

Court passage à Passau

A Mühldorf, Michael passe le relai à Anne qui en profite pour m'apporter la collection printemps-été de ma garde-robe. Jaloux de voir que des filles peuvent avoir des sacoches plus petites que les siennes, il décide de partir en emportant le beau temps avec lui !

On décide donc de faire du tourisme et on passe par Altötting où une chapelle est érigée en l'honneur de Marie qui aurait sauvé un enfant d'un accident de la route et où viennent se recueillir tous les estropiés des deux jambes. Les ex-votos qui ornent les murs intérieurs et extérieurs nous impressionnent autant qu'ils nous amusent. Je regrette presque que mon genou soit à peu près rétabli, ça aurait été l'occasion de tester le miracle !


On continue notre tournée touristique à Burghausen où se trouve le plus long château d'Europe, et c'est vrai qu'il est très long ! La vieille ville est jolie et l'auberge de jeunesse dans l'ancien couvent l'est tout autant.



On profite de la pluie pour se lancer dans un laborieux atelier de réparation de nos montures mais malgré nos compétences conjuguées, je finis par me résigner à avoir une roue voilée et Anne continuera à changer ses plateaux à la main !

Le lendemain, de la pluie est encore prévue alors pour rester dans le thème de l'humidité, on décide d'aller aux thermes à Bad Füssing. Finalement, pas la moindre goutte mais du vent - de face parce que sinon, ça serait trop facile - pendant 40km et on se dit qu'on a doublement mérité notre trempette dans les bulles ! Allemagne oblige, on se retrouve nues comme des vers. Dans le hammam, un type nous entend parler français, vient nous demander ce que nous faisons là et nous voilà à parler vélo dans les vapeurs d'eucalyptus et en tenue d’Ève ! Étrange tableau ! 

Le jour suivant, le temps est radieux et le chemin qui longe l'Inn jusqu'à Passau est agréable. La ville est animée et je reconnais bien les lieux où j'avais pédalé seule pour la première fois il y a quelques années...
Sur les bords du Danube qu'on suit sur quelques kilomètres, on croise un Biergarten où on nous laisse nous installer parmi les chats. Ce soir encore, on sent que la nuit va être froide et ayant déjà mal dormi la veille, on élabore d'habiles stratégies et on se couche finalement enrobées dans nos couvertures de survie comme un jambon dans son cellophane, ce qui s'avère parfaitement efficace !

On suit encore un peu le Danube le lendemain mais il faut bien vite le quitter même si les petites routes qui longent l'eau et les bateaux pour traverser le fleuve sont tout à fait charmants !


 Et il faut le quitter pour vaincre encore bien des montées, moi qui pensais en être débarrassée ! La route qui mène jusqu'à la République tchèque semble avoir été tracée à la règle et gravit des pentes improbables qu'il nous faut pourtant emprunter... On en bave sacrément mais on arrive au soleil couchant au bord du lac d'où nait la Moldau et la beauté du paysage nous fait tout oublier. Le calme est absolu, et on pédale sur plusieurs kilomètres avec le seul bruit des ressorts grinçants de ma selle comme signe de civilisation ! On arrive à Lipno, station de villégiature totalement morte en cette saison et on s'installe au bord du lac pour savourer notre repos bien mérité !









13 commentaires:

  1. MERCI pour toutes ces échappées.......
    BRAVO pour votre courage; çà réveille notre
    quotidien !
    On guette la suite avec impatience !!!!!!!
    cricri des PO

    RépondreSupprimer
  2. Si je comprends bien , pendant que l'une se dévoile à Bad Füssing, c'est la roue de l'autre qui se voile !
    est-ce que cela va poser des problèmes pour la suite ? Frida ne serait-elle pas aussi robuste qu'elle le parait ?
    claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu remets en question la robustesse de Frida ?!
      Une roue un peu voilée, c'est pas bien grave. Avec le poids à l'avant, les chemins, les trottoirs et le reste, c'est normal qu'elle en bave un peu. Mais en desserrant les freins, c'est bon.
      J'ai cru que c'était plus grave parce que j'ai eu l'impression d'avoir une roue ovale pendant deux jours et c'était juste que j'avais mal remis le pneu après avoir crevé ! Tout va bien donc !

      Supprimer
  3. Bien courageuses, les filles! J'espère que vous pourrez profiter du beau temps encore quelques jours. Profitez bien des beaux paysages, nous pensons bien à vous.
    Agathe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne est partie au moment où le temps se gâte, elle a bien géré !

      Supprimer
  4. Jeanne,

    A ton retour, je te ferai visiter le village de Ganzkurzheim où est situé le château le plus court d'Europe.
    Ça te dit ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Florian,
      Je ne suis pas étonnée du tout que le château le plus court d'Europe ait été construit par des Alsaciens, pingres comme ils sont... ;)
      Mais je serais ravie que tu m'en fasses faire une visite guidée, comme promenade digestive après le fameux plat chaud-froid !

      Supprimer
  5. Allez Jeanne ! Pédale ! Bon courage pour la suite...
    Mathilde

    RépondreSupprimer
  6. Enrobage en mode jambon sous cellophane... T'aurais dû te faire sponsoriser par Madrange, courageuse Jeanne!
    J'espère que Frida va se remettre dans le droit chemin.
    Bises,

    O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les autocollants Madrange sur le cadre du vélo, ça aurait été du plus bel effet ! Comment n'y avoir pas pensé avant...!

      Supprimer
  7. Rien d'extraordinaire à ressembler à un jambon quand on a des racines bayonnaises ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tiens tout de même à préciser que la ressemblance était furtive et liée aux accessoires !

      Supprimer