parcours réel

Penny Farthing Bicycle T

dimanche 30 juin 2013

Rügen, j'arrive !


  Trouver un compagnon de route est bien sympathique mais il aurait fallu que j'en trouve un autre si j'avais voulu pédaler vite et loin ! Mathieu traine plus de 40kg d'affaires sur son camping-bike, ce qui me permet de profiter de bien des facilités matérielles mais qui implique une heure de plus de rangement chaque matin... Par chance, je ne suis pas franchement pressée et ça tombe bien parce que la météo ne joue pas non plus en notre faveur...

   L'été scandinave n'est qu'un lointain souvenir désormais... L'humidité est de rigueur et regarder la pluie tomber est tout de même plus intéressant à deux !
   Ma témérité en matière de camping sauvage s'affirme aussi et on trouve facilement des champs où poser nos tentes, avec les chevreuils, les moustiques, les limaces comme compagnons plus ou moins sympathiques... Avec parfois le paysan qui vient faire les foins au matin mais les Allemands ne semblent jamais étonnés de voir des nomades installer leur campement un peu n'importe où.

 



   On s'accommode comme on peut de la pluie quotidienne, par exemple en laissant les affaires à l'abri dans les tentes le temps d'un tour d'une journée. J'en profite pour m'essayer au vélo couché, une bonne solution pour les cyclistes flemmards, et offre un beau rétroviseur à Frida pour me faire pardonner cette infidélité.
    Ma liseuse, par contre, décide brutalement que la vie au grand air, ce n'est pas fait pour elle et refuse catégoriquement et définitivement de se rallumer... le drame... Alors Mathieu me raconte l'histoire de sa traversée de l'Atlantique à la voile, l'histoire de la révélation de sa foi, l'histoire de son tour d'Europe à vélo quand il avait 20 ans, ce qui est certes intéressant mais ne me dit rien de la fin du livre que j'avais commencé ! Et puisque personne ne semble en mesure de réveiller ma liseuse, j'en rachète une toute neuve, au diable l'avarice !

     La côte de la Baltique en directement de l'île de Rügen doit être bien belle mais il est compliqué de profiter de la nature quand la météo s'avère carrément hostile.Tant pis. De toute façon, le vent finira bien par pousser les nuages et je pourrai bientôt les admirer, ces fameuses falaises de Rügen dont les représentations de Friedrich bercent depuis longtemps mon imaginaire romantique...  

                                                          http://images.reproarte.com/files/images/F/friedrich_caspar_david/0178-0260_kreidefelsen_auf_ruegen.jpg

15 commentaires:

  1. Et quel était ce livre brutalement interrompu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Rien ne s'oppose à la nuit" de Delphine de Vigan, que je vais donc pouvoir continuer, ouf !

      Supprimer
  2. Alors, tu en es à combien de km environ ? bonne route !
    Amandine

    RépondreSupprimer
  3. Comment ca va, Jeanne? Me and GUido just remembered your visit and wondered about your adventures...just a quick hello, and now I will read them all. Take care of my red hat, it has a lot of emotional value :)

    Bonne route
    Filippo from Padova

    RépondreSupprimer
  4. Dis-donc, je vois que tu es habillée de façon girly! Moi qui pensais que ce genre d'initiative, outre d'autres supplices, condamnait au port de combinaisons polaires!
    O. en pleine période de soldes (mais en vrai, j'ai même pas le temps à cause de la thèse) (j'espère que je pourrai faire les soldes de 2016 sereinement).

    PS: c'est ballot pour la liseuse. Je comprends pas qu'elle ait lâché si vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Evidemment que je suis girly en toute circonstance ! Comment as-tu pu en douter ?!

      Supprimer
  5. Bonjour Jeanne,

    Décidément, le temps bien capricieux de cette année mène la vie dure aux cyclistes. L'avantage est que les ciels nuageux sont les plus photogéniques, à condition toutefois qu'il y ait assez de soleil pour les éclairer.

    Est-ce pour ça que les aquarelles se font rares pour illustrer ton périple et ton blog ?

    Et qui aurait cru que pour faire le tour de l'Europe il fallait traverser l'Allemagne du Sud au Nord en suivant l'Elble (sais-tu que tu as finalement eu tellement beau temps que tu es passée avant les inondations ?) puis d'Est en Ouest en suivant la mer du Nord ?

    Vélocipèdiquement,

    Sylvain



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On savoure d'autant mieux les beaux jours qu'on les a longtemps attendus... Et ils sont finalement arrivés !
      C'est gentil de me trouver une excuse pour justifier ma flemme artistique ! Mais je peindrai en revenant, ça prolongera le voyage...

      Supprimer
  6. reviens nous vite tu commences vraiment à nous manquer...
    ton admirateur secret...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'un de mes admirateurs secret ?! ;)

      Supprimer
    2. et ils sont sans doute nombreux!
      Bises en ce jour à nouveau fatidique ;-)

      Supprimer
  7. On sent bien que pour toi aussi, les vacances ont commencé, les textes se font plus rares!
    On a hâte de lire la suite de tes aventures et de voir les photos où tu grimpes en danseuse les falaises de Rugen en envoyant des SMS !
    claudie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'il faudrait penser à installer le wifi dans les champs...

      Supprimer
  8. bonjour jeanne,
    de retour à la maison, on lit ton blog (bizarre, un blog sans fautes d'orthographe...)
    alors comme ça on te donnerait presque envie de vieillir ? quel compliment...
    mais tu n'as pas besoin d'en avoir envie, ça vient tout seul. à toi de remplir ta vie pour ne pas avoir trop de regrets
    bisous, et peut-être à bientôt
    bonne fin de vacances
    mimi et raymond

    RépondreSupprimer